Le spécialiste digital de l'Emploi BTP et Immobilier

©
Salaires : quels sont les métiers du BTP qui devraient augmenter ?

Le cabinet Page a publié une étude sur les tendances de rémunérations pour 2018. Découvrez selon le type d’entreprise et le type de métiers quels sont les salaires qui devraient augmenter.
 
 



La reprise du BTP se confirme bel et bien et notamment au vu de la hausse "substantielle des recrutements effectués dans le cadre de créations de poste", note le cabinet Page. La hausse de l’activité dans le neuf "explique la recherche permanente et la forte tension sur les profils en encadrement travaux neuf aussi bien chez les promoteurs, Maîtres d’œuvre que constructeurs", annonce l’étude.
Ainsi PageGroup estime que la rémunération de certains métiers aura tendance à évoluer à la hausse.

Dans les entreprises générales (Bâtiment et TP) et les contractants, l’étude annonce que le salaire des chargés d’affaires travaux va progresser (selon le nombre d’année d’expérience, il varierait de 35 K€ en début de carrière à 50K€ après plus de 5 ans d'activité), comme celui des ingénieurs études de prix (de 30 à 55K€), des techniciens études de prix (25 à 44K€) et des ingénieurs commerciaux (35 à 50 et + K€). En revanche, la tendance des rémunérations des directeurs d’exploitation (de 70 à 85 et+ K€) et des ingénieurs structures (30 à 60 K€) serait à la baisse.

Pour la maîtrise d’œuvre, la rémunération de certains métiers serait également à la hausse : Maîrtre d’œuvre exécution (30 à 60 K€), Ingénieur études spécialiste (structurs, CFO/CFA, CVC, VRD) (30 à 55 K€), Ingénieur responsable commercial (35 à 50 et + K€), Economiste (26 à 50 K€), et Technicien EDP, métreur, Chiffreur (26 à 38 K€). Mais là aussi des métiers pourraient voir leur salaire baisser. C’est le cas pour les architectes-collaborateurs (26 à 45K€) et les pilotes OPC (Ordonnancement, Pilotage et Coordination) (30 à 50 K€).

Dans les entreprises d’installation électricité et Chauffage, ventilation et climatisation (CVC), la tendance est à la stabilité voire à la hausse pour les conducteurs de travaux (30 à +40 K€), chefs de chantier (25 à 50 K€), ingénieurs études de prix (35 à 55 K€) et les techniciens EDP, Métreurs, chiffreurs (26 à 44 K€). Enfin, dans les bureaux de contrôles, l'ensemble des rémunérations devrait rester stable.


Méthodologie
Cette étude de fonctions et de rémunérations s’appuie sur les missions réalisées pour les clients PageGroup en 2016 et 2017, les entretiens effectués avec les candidats par les 620 consultants spécialisés PageGroup, et l’analyse précise de notre base de données, réactualisée en permanence.
PageGroup précise aussi que ces rémunérations correspondent au brut annuel fixe pour des postes situés en région parisienne et qu'il y a des variations moyennes entre l'Île-de-France et les grandes régions qui sont les suivantes : -10 à -20% dans le Nord, -8 à 18% dans l'Ouest, -13 à -15% dans le Sud-Ouest, -12 à -15% dans le sud, entre 0 et -10% en Rhône-Alpes et -10 à 20% dans l'Est.




Salaire moyen des salariés du privé
Une étude de l'Insee, publiée le 12 octobre 2017, dévoile le salaire moyen perçu par les salariés du secteur privé. Il en ressort qu'en 2015, ces derniers ont perçu en moyenne (en équivalent temps plein) un salaire de 2.998 euros brut par mois. En fonction du type de secteur, l'Institut indique que le salaire moyen dans la construction, toujours en 2015, était de 2.734 euros brut mensuel.


S.O. (20/10/2017)
Inscrivez-vous à la newsletter Inscription newsletter